Sommaire

Peindre une maquette

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Dans la réalisation de maquettes, modèles réduits (avions, bateaux, voitures), ou figurines (jeux de rôles, fantasy, wargames), il faut considérer la peinture comme une étape importante, celle qui va révéler le travail effectué, l'objet, en lui donnant vie par un effet de réalisme. Il s'agit donc d'y mettre tout son art et de prendre son temps. Le jeu en vaut la chandelle !

Cette fiche vous explique comment peindre une maquette de deux façons.

 

1. Choisissez la peinture pour peindre votre maquette

Il existe trois options principales pour peindre une maquette :

  1. Acrylique : la moins couvrante, elle offre cependant un confort de travail certain par son absence d'odeur et son séchage rapide. Elle permet d'avancer rapidement, sans longues poses. Elle est la mieux adaptée pour des décors aux contours précis.
  2. Glycéro : elle est plus performante en terme de couvrance et de finesse de travail, grâce à un temps de séchage long qui permet de fignoler le décor de votre maquette. Ce temps de séchage accroît néanmoins la durée globale du travail. Elle est intéressante pour les effets de matière.
  3. Émail : c'est la plus toxique mais la seule qui permette d'obtenir des effets métalliques saisissants.

C'est à vous de faire votre choix selon votre degré de patience, votre exigence ou votre sensibilité écologique. Elles peuvent toutes s'appliquer au pinceau ou se travailler à l'aérographe, les deux techniques qui sont à votre disposition.

Lire l'article Ooreka

2. Cas 1 : Peignez votre maquette au pinceau

La peinture au pinceau est sans doute la plus accessible parce qu'elle ne demande pas de technicité particulière, si ce n'est dans le maniement du pinceau.

Appliquez la sous-couche

Selon le matériau, votre maquette peut avoir besoin d'une sous-couche d'accroche avant peinture (sur métal, bois). En réalité, dans tous les cas, elle est recommandée car elle renforce grandement l'accroche de la peinture et sa tenue dans le temps.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Cette sous-couche se fait à la bombe pour une couverture optimale :

  • Secouez bien la bombe avant utilisation, comme indiqué sur le mode d'emploi.
  • Procédez par petites pressions courtes et croisées.
  • Gardez une distance d'environ 10 à 15 cm entre la buse et l'objet pendant la projection.
Lire l'article Ooreka

Procédez à la mise en peinture

Munissez-vous de pinceaux pointus à poils souples et doux pour les aplats et les lavis, et de pinceaux plats à poils courts et durs pour le brossage. Le pinceau en poils de martre est ce qui convient le mieux pour la mise en peinture : son soyeux permet de lisser sans faire de traces, avec une plus grande qualité de couverture du support.

Différents procédés permettent d'obtenir une peinture réaliste et vivante pour votre maquette :

  • L'aplat : c'est l'application à la brosse souple et pointue de vos couleurs de fond. Elle peut nécessiter plusieurs couches dans le cas de l'acrylique.
  • Le brossage : utilisé notamment dans la peinture de figurines, c'est le passage d'une brosse plate à sec (avec un pinceau épuré de tout surplus de peinture) sur les reliefs de l'objet avec du blanc ou une teinte claire, afin de créer un effet de lumière.
  • Le lavis : il sert à ombrer la maquette. La teinte voulue étant largement diluée (un gris ou un brun), on applique cette eau teintée (diluant teinté si vous utilisez de la peinture à l'huile) sur la maquette. La fluidité du lavis l'empêche de couvrir la couleur de fond mais lui permet de se déposer dans les creux pour renforcer le contraste ombre/lumière.
  • Le glacis : prêt à l'emploi ou confectionné par vos soins, il apporte une patine à la peinture, lui donnant un aspect vieilli, usé ou sali. Il s'effectue en dernier, une fois le travail de peinture terminé. La couleur du glacis est choisie en fonction du fond, à savoir une pointe de cette couleur dans un mélange de brun et de noir. Il est appliqué avec un pinceau souple.

Pour faire un glacis :

  1. À l'eau : diluez vos couleurs dans l'eau et procédez à des essais pour obtenir le ton voulu. Ajoutez à votre mélange une petite quantité de liant acrylique pour le rendre plus solide.
  2. À l'huile : mélangez 1/3 d'huile de lin à 2/3 d'essence de térébenthine, puis incorporez vos colorants. Testez la couleur puis ajoutez 1/10 de siccatif (sans siccatif, le glacis met plusieurs jours à sécher).
Consulter la fiche pratique Ooreka

Cas 2 : Peignez votre maquette à l'aérographe

Comme dans la technique au pinceau, l'application d'une sous-couche d'accroche est toujours intéressante, notamment pour la densité des couleurs. Cette sous-couche peut être blanche, noire ou teintée différemment selon le schéma de couleur envisagé.

La peinture à l'aérographe permet de réaliser les aplats mais aussi les détails d'une maquette. Tout se passe avec les réglages de la pression, du débit et la taille de la buse.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Réglez la pression

Celle-ci se situe entre 1 bar et 1,5 bar dans le cadre de la peinture de maquette. On comprend que plus la pression est élevée plus le jet est fort et destiné à couvrir de larges surfaces. Lorsque l'on veut projeter un voile de peinture, la pression peut être réduite à 0,5 bar. Il est d'ailleurs préférable de travailler en plusieurs couches fines plutôt que de vouloir obtenir une bonne opacité en un seul jet.

Modulez le débit

Le débit se module avec la pression du doigt sur la gâchette. Selon le modèle d'aérographe, celle-ci régule dans une même action le débit d'air et le débit de peinture (aérographe à simple action) ou, dans le cas d'un aérographe à double action, le débit d'air par la pression verticale du doigt et le débit de peinture par la pression vers l'arrière. D'une façon générale, débit d'air et de peinture doivent être accentués pour travailler à une distance plus grande pour les fonds de couleur, et réduits pour travailler plus près du support et préciser le jet afin de réaliser les détails.

Choisissez la taille de la buse

Il existe différentes tailles de buse (0,2 - 0,3 - 0,4 et plus) mais la taille moyenne de 0,3 mm convient bien pour peindre une maquette. Les plus grosses permettent de couvrir plus rapidement de plus gros objets. Pour les détails très fins, on peut descendre à des tailles de buse jusqu'à 0,15 mm. À chaque taille de buse correspond une aiguille de grosseur adaptée.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Matériel nécessaire pour peindre une maquette

Imprimer
Aérographe

Aérographe

Chiffon

Chiffon

Récupération

Palette de peintre

Palette de peintre

À partir de 1 €

Récipient

Récipient

1 €